Répertoire

By jeangeoffroy • • 1 août 2017

 

Jean Geoffroy n’est pas un marimbiste ; il appartient à la famille des percussionnistes : par là il faut entendre qu’il est familier d’une multitude d’instruments – du marimba et de sa résonance mate mais aussi de toutes sortes de toms aux peaux plus ou moins tendues, des métaux qui vibrent en vous perçant presque les tympans, des cymbales qui brillent longuement après qu’on les ait frappés, du souffle profond des timbales ou encore (à ne pas oublier) de la résonance étrangement figée du vibraphone.
De ce fait, comme tout percussionniste, il entretient avec l’idée d’instrument une relation complexe, faite de distance et de rusticité. Du reste on ne trouvera pas chez les percussionnistes le culte de l’instrument fétiche ; ici pas d’instrument qui soit signé de tel ou tel grand luthier des siècles anciens… en un sens les  instruments de la percussion dite « classique » sont toujours sans familles ; pas même orphelins : industriels. Certains sonnent mieux que d’autres, voilà tout – en ce lieu, cette salle, aujourd’hui. Demain, bientôt, ailleurs, tel vibraphone ou tel marimba sera vidé, épuisé d’avoir été joué, telle peau sera définitivement détendue, ou percée, tel jeu de cymbales sera devenu terne. On ne s’attache donc jamais vraiment à un instrument de percussion, en dehors du moment précis où l’on va devoir le jouer. On fait avec lui, avec les moyens du bord, comme aurait dit Sartre. On s’y fait.
Chez les percussionnistes donc, aucun de ces sentiments de vénération et de propriétés que l’on trouve chez tant d’autres instrumentistes – mais par contre, et toujours, une attention très particulière à l’écoute, qui se porte ce que l’on peut apprendre des milles résonances inattendues qui naissent lors de chaque frappe, et encore sur les rapports de distances et de proximité qui naissent de la succession des frappes, succession qui permet de faire durer ces résonances. La percussion est l’art du singulier que l’on reprend, que l’on assume, de l’éclat du neuf que l’on accueille, et cela d’abord, sans doute, parce qu’il s’agit d’articuler des frappes différentes sur un instrument dont on est irrémédiablement distant.
Quel que soit le compositeur ou la pièce, une chose demeure à ses yeux : il faut s’efforcer d’atteindre à l’intensité et la luminosité qui s’affirment dans les grandes sonates et partitas de Bach – unir l’expressivité à l’austérité ; atteindre l’évidence d’une instauration, d’une épure, mais celle aussi, paradoxale, d’un retrait intime et du secret qui se dit en et par lui, en libérant la possibilité d’une écoute renouvelée. Ce n’est donc pas uniquement pour le son qu’on verra Jean Geoffroy vérifier longuement les incroyables accumulations d’instruments de percussion, ces cages de gong et ces murs de métaux dans lesquels il est si souvent pris… ce n’est pas avec le plaisir du propriétaire qu’il prend si grand soin de ses claviers, de ses baguettes, de tous ces objets sonnants, de ce bric à brac invraisemblable qui fait le monde du percussionniste : c’est pour s’assurer de la clarté du chant, de la musique. En sa nudité. Voilà ce que cherche, toujours, cet amoureux de Bram van Velde : il faut donner une image neuve, il faut donner à voir, à entendre, mais sans jamais céder sur l’exigence.

Dédicataire et premier interprète des pièces suivantes :

Attacca / Ivo Malec pour percussion et électronique

Phoenic Design / Daniel Tosi pour marimba et violon

Multitude Quartet / Daniel Tosi

Je est un autre / José Luis Campana pour marimba solo

Towards / Eric Tanguy pour multi percussion

The Other Shape / Denis Lorin pour multi-percussion et électronique

Air-ré / Philippe Leroux pour violon et marimba – vibraphone

Per tre / Bruno Giner pour accordéon, contrebasse et percussion

Cinq pièces / Bruno Giner pour accordéon et percussion

Et In terra Pax …. / Bruno Giner pour caisse-claire solo

Images de Peaux / Bruno Giner pour percussion solo et quatuor

Moi Jeu / Bruno Mantovani pour marimba solo

Double Jeu / Bruno Mantovani pour multi-percussion et électronique

Pièce pour surface légèrement sphérique / Guy Reibel

Thäal / Bruno Giner pour timbales

Monodrame IV / Yoshihisa Taïra pour vibraphone solo

Lettre Inachevée / Luis Naon pour vibraphone solo

Claustrum / Luis Naon pour multipercussion et électronique

Chemins croisés / Michel Reverdy pour saxophone et percussion

Nalu Kamusi / José Luis Campana pour multi-percussion solo

Noctal / José Luis Campana pour percussion et deux harpes

Corpuscules / Jiyoun Choï pour percussion solo et électronique

Tranmutango / Carlos Grätzer pour saxophone et percussion

Alto Voltango / Luis Naon pour saxophone et percussion

Divertimento / Julio Viera pour percussion et électronique

Grosses Caisses / Saguro Goto

Oxymore  / François Paris pour deux percussions

Incidences / Frédéric Durieux pour percussion solo

Wolken / Michael Jarrell pour percussion solo et choeur d’enfants

Fractions du silence / Bertrand Dubedout pour percussion solo

Chambre 213 / Julien Dassié pour percussion et orchestre

Vertical Time Study / Toshio Hosokawa pour percussion piano et saxophone

Concerto pour vibraphone, voix et orchestre / Laurent Martin

Evening song in Autumn / M. Natsuda pour saxophone et percussion

Concerto pour percussion choeur et orchestre / Bruno Mantovani

Duo pour guitare et instrument à cordes / Claude Lenners

Time & Money / Pierre Jodlowski pour percussion et électronique

Mara Mara / Isabel Urrutia pour marimba solo

Multiplication Virtuelle / Mei Fang Lin pour percussion et électronique

Two Poems  / Masaku Natsuda percussion saxophone et voix

Eclogues after Epos Among Ainu Races / Akira Ifukube percussion et voix

Matsukaze / Hacène Larbi voix saxophone et percussion

Comun Requiebro / Luis Naon petit ensemble

El Afan de la pena / Luis Naon petit ensemble

Derrumbe  / Oscar Strasnoy saxophone et percussion

Transmutango / Carlos Grätzerpour saxophone et percussion

Musique pour l’ange / Alexander Vustin pour saxophone, violoncelle et vibraphone

Contours / Bruno Giner pour violon et percussion

Mandala / Isabel Urrutia pour multi-percussion

Etudes d’impact / Yann Maresz pour timbales

Envoutements II / Suzanne Giraud pour flûte et percussion

Loops II / Philippe Hurel pour vibraphone solo

Loops IV / Philippe Hurel pour marimba solo

Gran Cassa / Michelangelo  Lupone

Mélancolia / François Narboni pour vibraphone solo

Light Music / Thierry de Mey

1+1 = 3 / Xu Yi pour percussion solo et deux ensembles de percussion

Resonare Fibris / Dominique Lemaitre pour percussion solo et orchestre

Liao / Xu Yi
 pour percussion solo

Concerto pour vibraphone et orchestre / Laurent Martin

Une griffure de lumière / Bruno Ducol pour percussion piano et orchestre

Endless Eleven / Bertrand Dubedout

Portraits Crachés / Luis Naon

Stalker / d’après le film de Tarkovski avec Jérémy Siot et Christophe Ruech

Circe / Jesper Nordin pour vibraphone et ensemble orchestral

Cadenza / Jesper Nordin pour deux tambour sur cadre et électronique

L’Absente / Alessandro Solbiatti pour percussion – piano et choeur

Pour un bouquet fantôme / Lucas Antignani pour percussion – piano et choeur

Le temps / Raffi Ourgandjian pour percussion et deux sopranos

Tropes / Robert Pascal pour percussion – piano et mezzo soprano

Création / Moultaka Zad

Zazpiak B / Bertrand Dubedout pour percussion solo

Création / Henry Fourès pour percussion et choeur

Méphisto / Xavier Garcia pour percussion solo et ensemble de Smartphone

Smart solo / Solo pour Smart phone – Technologie Grame (C.Lebreton)

Création de Vincent Carinola / Biennale Musique en scène Lyon 2018

Laisser un commentaire