Face à Face Pédagogique

By jeangeoffroy • • 1 nov 2016

Le journal du CNSMP – Nov 2007
– Entretenir une attitude ouverte dans le « face à face » pédagogique : le professeur, maître du savoir, collègue partenaire, guide spirituel? rival?
– Le cours, un face à face pédagogique ?
Si nous imaginons le cours comme étant une transmission « verticale » la notion de face à face convient : nous transmettrions à l’étudiant des notions qui lui seraient jusqu’alors inconnues et qu’il recevrait comme telles. Par contre, si l’on considère le cours avant tout comme une rencontre, ayant pour cadre la classe et pour ambition une ouverture sur les différents courants musicaux et esthétiques, sur les différents regards que l’on peut poser sur le métier d’interprète suivant les contexte et sa place dans notre monde aujourd’hui, la notion de « côte à côte pédagogique » me semblerait plus appropriée. Il ne s’agit pas que d’une question de vocabulaire mais bien de position, celle de l’enseignant. En tant que tel, il faut à la fois voir l’étudiant – bien souvent, avant de l’écouter – tout en étant à ses côtés. Côte à côte dans le travail commun et en commun qu’est le cours.
Dans ce contexte d’enrichissement et d’échange qu’est le cours, quels seraient les critères qui différencieraient l’enseignant de l’enseigné, comment pourrions-nous définir le professeur ?
« Maître du savoir », cette dénomination induirait qu’il existe Un seul savoir, Une seule vérité artistique, celle du Maître ?
« Guide spirituel », l’étudiant, en proie aux doutes et aux questions sur ses capacités, ses ambitions réelles, ses perspectives professionnelles est une cible idéale pour qui veut jouer les gourous ! Cette situation entraîne souvent un « clonage » des étudiants, souvent une disparition de leur propre personnalité et un réveil souvent douloureux.
« Collègue », ce terme risque d’entraîner un malentendu car l’enseignant ne peut être un collègue, il peut en revanche être « partenaire » dans le cadre précis d’un concert où professeur et étudiants joueraient… côte à côte. D’autre part, s’il existe une rivalité enseignant / enseigné, il n’y aura pas de transmission possible… Et pourtant ! malgré tout, le professeur est un peu tout cela à la fois, c’est bien là l’ambiguïté de ce métier ! car chacun de ses qualificatifs peut correspondre de près ou de loin à des moments bien particuliers du parcours commun professeur / étudiant, la difficulté sera d’y être attentif de façon à ne pas en jouer.
Avec des critères comme l’âge, l’expérience, les convictions, le regard, l’ouverture, il apparaît plus facile de définir la place de l’enseignant à savoir celle d’un référent attentif qui doit avoir comme première qualité une estime réelle pour ses étudiants, toute transmission et tout échange n’étant possible que dans ce cadre à condition que celle-ci soit réciproque.
– affirmer le lien organique entre vie pédagogique et vie artistique et la nécessité pour l’enseignant de rester en situation de création.
L’enseignant Chercheur…
L’enseignant, quelle que soit sa discipline, est et doit rester un « chercheur » avant tout. Seule façon de pouvoir continuer à « grandir » et développer son propre horizon et son propre regard. Nous ne pouvons prétendre tout connaître, par contre, grâce à notre travail personnel, à toutes sortes de projets, nous nous « obligeons » à rester attentifs, ouverts et donc vivants.
Le cours nous aide, d’une certaine façon, à faire un état des lieux raisonné de nos recherches, sur un répertoire, une période ou un compositeur, un métier, peu importe, l’essentiel étant de rester en mouvement, d’aller de l’avant, toujours. Reprendre les choses là où nous les avions laissées pour aller plus loin. Finalement cela est une des bases de notre enseignement et cela ne se trouve pas dans les méthodes. Enseigner une dynamique, une curiosité, une envie voilà à quoi pourrait se résumer rapidement notre engagement de musicien enseignant.
© Jean Geoffroy,2007